Un nouvel humanisme

Il est insensé de dire aux végétariens indignés par l'industrie de la viande qu'ils feraient mieux de s'occuper de l'humain, alors que...

 

 

 

...la production/consommation de viande accapare quasiment les ¾ des terres cultivables, 30 % des terres émergés, s'avère être une des causes majeures de la déforestation, de l'émission des gaz à effet de serre (« Un tiers de l'effet de serre est dans notre assiette » dit Claude Aubert ), de la pollution des ressources en eau...

 

 

 

… et tout cela pour l'appétit d'une petite portion de l'humanité, alors que des millions de tonnes sont gâchées chaque année...

 

 

 

...alors que plus d'un milliard d'êtres humains ont faim...

 

 

 

...alors que toutes ces cultures destinées à l'alimentation des animaux d'élevage pourraient nourrir une grande partie de l'humanité, et avec une meilleure qualité nutritionnelle et énergétique...

 

 

 

Alors qu'on cesse de dire aux végétariens qu'ils ne sont pas des humanistes, car c'est tout le contraire.

 

 

 

Pour aider à se faire une idée de l'ampleur du phénomène, encore d'autres données : l'humanité additionnée aux animaux d'élevage représente 90 % de la biomasse terrestre...il y aura bientôt 36 milliards d'animaux de consommation pour 10 milliards d'humains...

 

 

 

Alors, qu'un représentant du lobby de la viande vienne nous persuader qu'il n'y a pas d'autre monde possible pour nos enfants... qu'il n'y a pas d'autre possibilité pour l'humanité que de transformer la terre en une vaste usine à viande, un « éternel Treblinka » (Richard Patterson).

G.P

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0