Matthieu Ricard

Soutiens de la première heure de notre travail : Matthieu Ricard et les collaborateurs de son ONG humanitaire Europe Karuna Shechen , Christophe Grigri et Patricia Christin.
A l'origine, c'est une interview de Matthieu Ricard dans Les Matins de France Culture, à l'occasion de la sortie de son livre "Plaidoyer pour les animaux", qui nous a décidé à entrer en contact avec lui.


Florence Burgat

QUATRIEME DE COUVERTURE "LA CAUSE DES ANIMAUX"

"Nous partageons l’ordinaire de nos vies avec les animaux. Par choix, des chiens et des chats habitent nos maisons ; de fait, insectes, pigeons et rats résident en ville. Il serait aisé d’oublier ceux que nous mangeons, ceux dont nous revêtons la peau, ceux encore sur lesquels ont été testés les produits d’entretien et les médicaments que nous utilisons.

Nous préférons souvent ignorer qu’il a fallu interrompre une vie pour pouvoir bénéficier des produits finis que nous en tirons. Dailleurs, la mise mort d’animaux est parfois insoupçonnable et contre-intuitive - comment deviner la présence de gélatine de porc dans un sorbet ? - ou reste imperceptible car elle n’est qu’une étape dans un processus de fabrication, comme c’est le cas pour toutes les substances testées sur les animaux.

À travers l’étude de gestes apparemment insignifiants ou de pratiques grande échelle - l’élevage industriel et l’expérimentation animale -, l’auteur nous pousse à nous interroger : que nous apprennent ces pratiques ? Sont-elles justifiables ? justes ? Pourquoi la reconnaissance par le droit du caractère sensible des animaux provoque-t-elle de tels débats ?"

Première page de "LA CAUSE DES ANIMAUX":


L214


Corine pelluchon

PREMIERE PAGE :


Louis Rigaud

quelques minutes d'intelligence graphique...

Copier-cloner, Note d’intentions
Copier-cloner est le résultat d’une année de travail sur les biotechnologies pour de mon diplôme (DNSEP) à l’école

supérieur des Arts Décoratifs de Strasbourg. Voici la présentation qui accompagnait ce projet.

Les biotechnologies (clonage et OGM) sont les derniers avatars de nos sociétés de reproduction techniques. Les êtres vivant sont depuis longtemps victime d'un traitement industriel, des usines agroalimentaire aux laboratoires robotisés. Mais depuis quelques années, au nom de la production ou de la médecine, la science s'attaque à l'ADN avec les mêmes méthodes.

Depuis l'invention de l'écriture il y a 6000 ans, les sociétés alphabétisées se construisent dans une logique de reproduction. M. McLuhan dressa le constat de la standardisation et de l'homogénéité des écrits et des pensées après l'invention de Gutenberg en 1450. W. Benjamin analysa les conséquences des moyens de reproduction du XXème siècle que sont le cinéma et la photographie. Aujourd'hui, notre monde numérique est dominé par cette logique de reproduction. L'art, les médias, les outils de travail, passent tous par le support numérique pour être reproduit, diffusé, sauvegardé.

Les biotechnologies sont, à mon sens, la dernière application de nos sociétés de reproduction mécanique. Les êtres vivant sont depuis longtemps victime d'un traitement industriel, des usines agroalimentaire aux laboratoires robotisés. Mais depuis quelques années, au nom de la production ou de la médecine, la science s'attaque à l'ADN avec les mêmes méthodes. Ces techniques devancent les processus naturels, jusqu'à créer des êtres contre-nature. Plusieurs laboratoires travaillent sur des génomes mi-homme mi-animal pour permettre les greffes d'organes de porcs chez l'homme, ou la production de protéines thérapeutiques dans le lait de brebis.

Mon objectif est de parler des enjeux de ces nouvelles pratiques d'un point de vue éthique.

J'ai pris le support numérique comme outil de création, comme support et comme environnement graphique parce qu'il s'agit, à mon sens, de la concrétisation du désir de reproduction mutli-média (de tous les médias) de nos sociétés. La machine est omniprésente dans les biotechnologies. Ce sont des robots qui ont séquencés le génome humain, qui est aujourd'hui stockés dans une base de données internationale via internet.

J'ai choisi l'animation au dépend de l'interactivité, pour facilité la diffusion des animations sur des sites de partage de vidéos et pour toucher une cible plus grande avec plus d'impact. Le choix d'une application interactive aurait ralentit la cadence de la démonstration et perdu les utilisateurs. L'application risquait aussi de finir en jeu de manipulation qui aurait rendu le propos trop ludique. Le traité didacticiel informatique place le spectateur au premier rôle, confronte la réalité des manipulations génétiques souvent mal connu aux taches informatiques du quotidien. Il permet aussi d'anticiper les possibilités qui seront donnés à chacun d'accéder à des informations génétiques et la banalisation de ce type de pratique.

Louis Rigaud

 

DENIS WAEREBEKE ET SABRINA MASSEN "COMMENT NOURRIR TOUT LE MONDE"


ROSA B. "INSOLENTE VEGGIE"



ANIMALEQUALITY